Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : La vie d'un pilote Nord-Vietnamien
3rd Wing · Escadre virtuelle DCS · FC3 · BS2 · A-10C · Mi-8 · 2000C · Hornet · LotAtc > Espace détente > L'Aviation réelle
Poliakov
Suite à mes différentes lectures je vais vous faire un petit résumé sur la vie d'un pilote Nord-Vietnamien durant la guerre sur Mig-21 pour ceux que cela pourrait intéresser.

L'école de Krasnodar

En premier lieu cela commence au Nord-Vietnam ou des recruteurs Soviétiques et Vietnamiens parcourent les universités à la recherche de candidats pour devenir pilotes.
Les étudiants doivent détenir au moins un niveau Bac+2 pour prétendre à la candidature.
En moyenne 5000 étudiants par sélection passeront les épreuves, sur les 5000, 200 ont la chance de pouvoir partir en URSS.
Pour les 200 sélectionnés, interdiction de divulguer pourquoi ils partent en URSS à leurs familles.

L'école d'officier de l'armée de l'air Soviétique chargée de l'instruction des pilotes Vietnamiens se trouve sur la base aérienne de Krasnodar.
La première année est dédiée à l'apprentissage de la langue Russe et à la théorie, météorologie, aérodynamisme, mécanique, mathématiques .....
Aucune concession n'est faites pour les Vietnamiens, ils effectuent les mêmes examens, mêmes cours, mêmes instructeurs que les Soviétiques.
Au dire des Vietnamiens, les Soviétiques sont très accueillants et amicaux, l'éducation militaire est laissée aux rares instructeurs Vietnamiens ainsi que la discipline .....
Les Vietnamiens sont mélangés dans les dortoirs avec les Soviétiques pour qu'ils apprennent plus rapidement la langue, mélangent les différentes cultures. Tous les week-ends des sorties entre soviétiques et vietnamiens sont organisées en ville à Krasnodar et parfois à Sochi pour apprendre aux Vietnamiens à skier. Le but principal est de faire naître une franche camaraderie chère aux Russes chez les Vietnamiens.
Au bout d'un an, sur les 200 élèves seuls 60 seront sélectionnés pour les vols, les 140 autres retournent au Vietnam.
Avec la pression de la guerre cette année passera à 3 mois puis repassera à un an en 1970.

Les 60 chanceux commencent leur premier vol sur Yak-18 puis L-29, 200h de vols seront nécessaires par cadet.
Ils apprennent le vol rudimentaire, voltige, navigation, vol en formation, atterrissage sur piste rudimentaire ...
Ils effectuent également un passage chez les mécanos pour apprendre à entretenir leurs machines.
Les Vietnamiens sont très rigoureux et peu d'accidents sont à déplorer.
Néanmoins, seuls 23 cadets sont sélectionnés pour passer sur avion de chasse.

Les 23 heureux élus vont avoir la chance de commencer les rudiments du combat sur Mig-15UTI durant près de 150 à 200h selon les besoins. Une fois sélectionné pour passer sur avion de combat, le plus dur est fait, leurs aptitudes aux combats décidera surtout si ils passent sur Mig-17 ou Mig-21.
Sur Mig-15UTI, les élèves effectuent des simulations de combats aériens, interceptions, tirs sur cibles, vol en formation, vol par mauvais temps, attaque au sol ....
Après un passage devant 5 instructeurs ils peuvent enfin voler seul, puis viennent les sélections.
Les meilleurs peuvent passer sur Mig-21 les autres partent sur le Mig-17.
Avant de commencer l'entraînement sur leur machine de combat des vacances de 20 jours sont organisées à Sochi.
Ensuite retour à Krasnodar où chacun réalisera de 50 à 60h de vol sur le Mig-21/17.

En moyenne un pilote Vietnamien retournera au Vietnam avec un carnet de vol de 300 à 400h.
L'école aura duré de 2 à 3 ans selon encore une fois la pression de la guerre.
Une fois au Vietnam, les pilotes se verront aussi offrir un diplôme de lettre Russe, oui car il leur est interdit de divulguer à qui que ce soit qu'ils sont devenus pilote de chasse, officiellement ils sont partis en URSS pour apprendre le Russe ... Même leur famille n'est pas au courant, car toutes les lettres passent par la censure et l'entraînement des pilotes Nord-Vietnamiens est effectué dans le plus grand secret.
Aucune école n'est ouverte spécialement pour les Vietnamiens, les pilotes passent tous par les écoles Soviétiques, instructeurs Soviétiques, même cursus que les Soviétiques .....
Aux pilotes Vietnamiens d'adapter ensuite ce qu'ils ont appris à leur conditions de combat au-dessus du Vietnam.
Aucune concession n'est faites par les Soviétiques sur les sélections, aux Vietnamiens de s'adapter.

L'entraînement continu

De 1965 à 1968, 140 pilotes seront formés par les Soviétiques, 80 par les Chinois et 40 par les Nord-Vietnamiens eux mêmes.
Les pilotes formés en URSS iront dans les unités sur Mig-21/Mig-17, en Chine seront sur Mig-19/Mig-17 enfin ceux formés au Vietnam seront exclusivement dédiés à la logistique, pilotant hélicoptères et avions de transports.

Quand une promo de 20/25 pilotes retournent au Vietnam, seuls les 3 meilleurs peuvent rejoindre une unité de combat, les autres continuent l'entraînement au Vietnam en attendant une place en unité de combat.
Les jeunes pilotes ont l'interdiction totale d'engager le combat et doivent immédiatement rentrer à la base si des F-4 ou F-8 sont détectés, seuls les plus expérimentés peuvent combattre. Les jeunes ont l'autorisation uniquement d'intercepter les drones ou d'assister au combat de loin à l'écart sous la couverture des SAM et apprennent de l'expérience des plus vieux.
En attendant de pouvoir se battre les jeunes pilotes effectuent de l'entraînement au tir, notamment du tir sur mini-drone d'entraînement fourni par les Soviétiques ou de conception locale avec le R-3S.
Des simulations de combat entre jeunes pilotes de Mig-17 et Mig-21 sont également organisées.
Un jeune pilote devra la plupart du temps attendre au moins une année voir deux avant d'avoir le privilège d'engager le combat avec les Américains. A raison d'une moyenne de 70h de vol d'entraînement par mois, les combattants Nord-Vietnamien ont pas loin de 1000h de vols au moment de leur premier combat aérien.
Ce système atteindra son paroxysme en 1972 après la pause de 4 ans, 1968/1972.
Contrairement à l'idée reçue, les Américains affrontent des pilotes connaissant parfaitement leurs machines, maîtrisant totalement l'art du combat aérien et fort d'une expérience de la guerre permanente.
Après chaque combat un débriefing complet à lieu avec tout les jeunes pilotes mais aussi l'état major ....
De ce fait les Nord-Vietnamiens réviseront de nombreuses fois leurs tactiques obligeant les Américains à l'innovation permanente.
Un combat aérien perdu entraînant un combat aérien victorieux le lendemain et ainsi de suite ....

Image IPB

Premier combat

Le 4 Mars 1966, les radars de surveillance repèrent un drone de reconnaissance US Firebee à 13h53 sur la frontière Vietnam-Laos à une vitesse de 800km/h. Il est de nouveau repéré à l'est de Hanoi à 5000m en montée rapide. Le futur grand AS Nguyen Hong Nhi en patrouille solitaire au-dessus de Hanoi en Mig-21PFL est envoyé intercepter le drone. Le pilote accélère à M1.7 et grimpe à une altitude de 17000m. Le radar amène Hong Nhi à 15km de la cible puis le pilote allume le radar du Mig pour repérer le drone. Nhi tire un premier R-3S à 3km de la cible, 1.5s plus tard tire un second missile. Le drone est abattu à 18000m d'altitude à 70km au Nord-Est de Hanoi.

Ceci est la première victoire de la part d'un Mig-21 au-dessus du Vietnam, même si la victoire peut paraître minime et anecdotique elle aura un formidable impact sur le moral des combattants de l'air de la NVAF. Les pilotes vont prendre confiance en leurs machines et en leurs équipements. Abattre un drone à 18000m à une vitesse proche du Mach est pour l'époque un exploit particulièrement pour un petit pays comme le Nord-Vietnam.

Le Mig-21 entre dans la guerre du Vietnam, malgré un début encourageant du point de vue des pilotes, il va falloir attendre un peu pour qu'il devienne le cauchemar des pilotes Américains. Les pilotes vétérans du Mig-21 étant tous d'anciens pilotes du Mig-17, les nouveaux pilotes sur Mig-21 n'étant pas encore revenus d'URSS. L'apprentissage et la prise en compte des nouvelles façons de combattre du Mig-21 par rapport au Mig-17 n'étant pas encore assimilées par ses pilotes. Il va falloir quelques pertes pour que les pilotes du Mig-21 comprennent qu'un Mig-21 ne s'utilise pas comme un Mig-17 dans les combats.

Image IPB

Des débuts difficiles

Plusieurs combats ont lieu pour les pilotes de Mig-21 mais rien de concret jusqu'au 23 Avril 1966.
Le 23 Avril 1966, plusieurs groupes de F-105 escortés par des F-4 effectuent des frappes sur les routes de Hanoi.
Une paire de Mig21PFL pilotés par Nguyen Dang Kinh et Dong Van Song sont envoyés intercepter les avions Américains.
Dang Kinh engage le combat dans un furieux dogfight, un R-3S est tiré mais part complètement à côté de la cible,
Le second missile tombe comme une pierre. Comble de malchance le système hydraulique de Kinh's est endommagé forçant le pilote à s'éjecter à 200m d'altitude, Kinh's s'en sort vivant.
Aucun Mig-21 n'est revendiqué le 23 Avril.
Trois jours plus tard un Mig-21PFL est abattu par un AIM-9B tiré par un F-4.

Durant les engagements de Avril-Mai 1966, 14 R-3S sont tirés par les pilotes de Mig-21, aucun n'a atteint de cible.
Depuis le drone aucune victoire n'a été revendiquée et deux Mig-21PFL ont été perdus.
L'état major décide de retirer les pilotes de Mig-21 des combats temporairement pour réfléchir à de nouvelles tactiques et reprendre l'entraînement de façon intensif.
Après réflexion, il s'est avéré que les pilotes entraient trop vite en combat tournoyaient et tiraient leurs missiles bien au-delà du domaine d'efficacité des R-3S, les pilotes utilisaient mal le nouveau viseur équipant leur machine.
De nouvelles tactiques seront mise en place, les Mig-21 collaboreront étroitement avec les Mig-17. Les Mig-17 chercheront le combat tournoyant avec les Américains à une altitude de 1500-2000m pendant que les pilotes de Mig-21 ont l'interdiction d'entrer en dog mais de pratiquer uniquement le B&Z à une altitude de 2000-2500m, tirer et partir plein PC vers la couverture des SAM de Noi Bai.
Le Leader est armé de 2 R-3S alors que l'ailier est lui armé de deux pods roquettes UB-16.
Le leader est chargé de l'interception alors que l'ailier lui est uniquement chargé de défendre son leader et n'engage le combat que si son leader est engagé ou lui même. L'ailier évolue en mouvement imprévisible constant dans une bulle de 200-700m autour de son leader, le but principal est de repérer tout missile se dirigeant vers la paire. Si un missile est repéré l'ailier break fort en indiquant par radio gauche ou droite au leader tandis que le leader va breaker dans l'autre sens en piquant vers le sol.

Les pilotes de Mig-21 vont s'entraîner jusqu'en Juillet 1966, au même moment un groupe de 13 nouveaux pilotes revient d'URSS, jeunes pilotes n'ayant connu que le Mig-21, les premiers.
En juillet, fort de la période d'entraînement et des nouvelles tactiques, les pilotes du 921ST sur Mig-21PFL reprennent le combat. En juillet les Américains vont déplorer les premières pertes dues à l'action des Mig-21.

Image IPB

Reprise des combats

Les 13 nouveaux pilotes arrivés d'URSS entament un nouveau entraînement intensif incluant pour la première fois une qualification à l'interception de nuit et par très mauvais temps, en attendant d'être jetés dans le bain ils sont également entraînés à utiliser les nouvelles tactiques.

Le 7 Juillet 1966, une paire de Mig-21PFL pilotés par Nguyen Nhat Chieu armés de R-3S et Tran Ngoc Siu armés de roquettes attaquent une paire de F-105 au-dessus de la Thaïlande. Les deux pilotes de Mig-21 se cachent dans les reliefs et attendent les deux F-105. Les deux Américains sortent des montagnes à une altitude de 500m, ils sont immédiatement pris en embuscade par les deux Vietnamiens. Chieu ne parvient pas à tirer les R-3S et donne la relève à son ailié qui lance plusieurs salves de roquettes, un des F-105 est frappé de plein fouet et s'écrase après l'éjection de son pilote.
C'est la première victoire aérienne grâce aux roquettes, les USA attribuent la perte aux canons de 85mm, mais aucun canon n'est présent dans ce secteur ce jour là.

Ce premier succès démontre l'efficacité des nouvelles tactiques de la NVAF, mais ce n'est toujours pas suffisant pour convaincre l'état major.
Un autre F-105 est abattu 4 jours plus tard mais deux Mig-21 sont abattus le 14 Juillet par des F-4 en combat tournoyant.
Il est décidé d'abandonner les pods UB-16 alourdissant bien trop le Mig-21 est de reprendre l'usage exclusif du R-3S.
Une demande est fait pour recevoir des Pods canon GP-9 mais elle n'aboutira jamais notamment du fait que le pod remplace le réservoir supplémentaire.

Aucun combat n'a lieu en Août 1966 pour le 921ST, malgré l'intensification des bombardements cette période est dédiée à l'étude des schémas d'attaques des Américains pour prévoir en avance les interceptions plutôt que d'attendre le moment critique. Les Américains utilisent presque toujours le même schéma d'attaque, les mêmes routes inlassablement chaque jour comme une routine d'entraînement.
Cela n'a pas échappé à la NVAF qui va en profiter.

Des CAP de Mig-21 sont donc organisés à basse altitude hors de portée des radars le long des routes empruntées par les Américains.
Le 21 septembre 1966 un important groupe de F-105 escorté par des F-4 emprunte l'axe d'attaque en sortie de montagne pour attaquer le pont de Dap Cau. Deux paires de Mig-17 et une paire de Mig-21 sont en CAP dans le secteur et sont envoyés à l'interception à 8h53. Une nouvelle paire de Mig-21 décolle de Noi Bai en renfort dans la foulée. Les Mig-17 occupent les F-4 tandis que les Mig-21 fonce sur les F-105.
Le pilote Huyen réussi à surprendre la formation de F-105 par le bas et tir un R-3S à une distance de 1500m à 1200m d'altitude lui donnant sa première victoire. Perte que les Américains attribuent aux SAM.

En Octobre trois pilotes de la 921ST réclament une victoire chacun.
Le matin du 5 Octobre le pilote Bui Dinh Kinh et son ailié Nguyen Danh Kinh avec une autre paire de Mig-21 en soutien sont envoyés intercepter deux EB-66 de guerre électronique escortés par quatre F-4C.
Les pilotes Vietnamiens sont engagés, Bui Dinh Kinh décoche deux R-3S sur un des F-4C qui est aussitôt abattu.
C'est la première victoire d'un Mig-21 sur le F-4.

Les pilotes de la 921ST sont désormais convaincu par les nouvelles CAP et l'efficacité des R-3S.

Image IPB

Image IPB

Une fin d'année glorieuse

Entre le 2 et le 24 Décembre, l'aviation Américaine effectue pas moins de 280 missions de bombardement dans le nord Vietnam principalement dans la région de Hanoi sur les gares ferroviaires et les bases aériennes de la 921st, Noi Bai et Kep.
La 921st a participé à 8 combats aériens abattant 9 avions ennemis durant cette même période.

Le 5 décembre 1966, trois Mig-21 sont en état d'alerte en bout de piste sur la base de Noi Bai. L'alerte est donnée quand une formation de 24 F-4 accompagnant des F-105 est repérée à la frontière depuis la Thaïlande. A 8h55 les trois pilotes décollent, Nguyen Dang, Kinh et Bui Duc Nhu et se dirigent 35km à l'ouest pour attendre le passage des F-105 en embuscade. A 9h05 Kinh repère les F-105 sans avoir été repéré par l'escorte musclée, il tire un R-3S qui frappe un des F-105 de plein fouet. Un autre groupe de F-105 est repéré, les pilotes passent à flan de montagne pour éviter les détections et réussissent à tirer un nouveau missile sur un F-105.
Les Américains affirment que les F-105 ont été abattus par la défense anti-aérienne mais les systèmes de défense Nord-Vietnamiens ne réclament aucune victoire ce jour là.

Devant les succès du mois de décembre, l'état major Nord-Vietnamien décide de pousser les interceptions encore plus loin de la bulle de SAM de Hanoi pour déstabiliser encore plus les formations Américaines dès leur entrée dans le Nord-Vietnam.
En décembre, les pilotes de Mig-21 sont convaincus de l'efficacité du R-3S mais aussi bien conscients qu'il est nécessaire de prendre l'adversaire par surprise: rester dans l'angle mort des radars ennemis et le plus longtemps possible invisible à leur yeux; tirer entre 1200-2500m et ensuite pousser le plus rapidement possible à basse altitude jusqu'à leur base de départ. La guérilla aérienne est née.
Les pilotes de Mig-21 avaient bien plus de mal à repérer les départs missiles du fait de la faible visibilité du cockpit, cette tâche était donc entièrement donnée à l'aillier de la paire.

En 1966 les pilotes de Mig-21 réclament la destruction de 20 appareils ennemis pour 7 pertes mais un seul et unique pilote de Mig-21 est mort au combat, les autres ont pu évacuer l'avion, par éjection ou suite à un atterrissage d'urgence.
La 921st a effectué en 1966 2024 sorties de combat sur 148 jours dont 39 jours dans des conditions IMC.
La moyenne par pilote en 1966 est de 107 sorties de combats.

Les succès du Mig-21 en 1966 et particulièrement en décembre vont obliger les Américains à reconsidérer la menace, cela va très vite conduire à une opération Américaine très célèbre contre la 921st et le Mig-21 l'année suivante.

Image IPB

Opération BOLO

Seul le point de vue de la NVAF sera abordé, suffisamment d'articles sur le net existent pour avoir des détails du point de vue US.

Début 1967, les avions américains continuent leurs frappes principalement sur les centrales électriques, les sites industriels, les infrastructures de transports et les sites militaires dans les régions de Hanoi et de Haiphong. Mais une opération en particulier a limité les capacités opérationnelles du Mig-21 en ce début d'année alors que la NVAF commençait à tirer parti de sa petite force de chasse. En 1966, la majeure partie des combats étaient supportés par le Mig-17, il a fallut attendre la fin de l'année 1966 pour que le Mig-21 prouve pleinement son potentiel au coté du Mig-17. Cela n'a pas échappé aux Américains.

La nouvelle année commence donc très mal pour la 921st. Le 2 janvier 1967, 5 Mig-21 sont abattus (l'USAF en revendique 7) au-dessus de Noi Bai, aucun pilote n'a par contre été tué mais le coup au moral sera rude.
Ce jour là, la densité nuageuse est de 10/10 pour une base à 1500m. plusieurs groupes d'avions sont repérés par les radars Nord-Vietnamiens, vraisemblablement des F-105, basse altitude, brouillage particulier, axe d'attaque habituel de l'USAF. Mais le commandement ne donne pas l'ordre à la 921st de décoller de suite à cause de la météo. Après beaucoup d'hésitation l'ordre est finalement donné d'intercepter les intrus. "Quelques minutes de plus et l'opération aurait été annulée par l'USAF" A 15h06 quand les premiers Mig-21 décollent les intrus sont seulement à 40km de Noi Bai, pire au moment du décollage, deux groupes de F-4 armé A/A attendaient en embuscade dans les nuage juste au-dessus de Noi Bai. A peine décollés, les pilotes du 921st sont engagés, Dinh prend un Aim-7E mais parvient à s'éjecter au-dessus de Noi Bai.
Thuan et Nhu se lance aussitôt à la poursuite des intrus au-dessus de la base, mais quand les intrus se positionnent derrière les F-4, un autre groupe de F-4 se positionne. Le pilote Kinh tente de venir à leur secours mais 2 Aim-7 et 1 Aim-9 plus tard Kinh ne reçoit plus aucune réponse de ses camarades.
Le même destin est arrivé à la deuxième formation de Mig-21. Ngoc Do, Ngoc Ngu, Van De et Van Coc ont également décollés de Noi Bai. Après avoir traversé les nuages et fait un circuit complet au-dessus de Noi Bai, Do repère deux missiles en route sur eux, un des pilotes tombe en un tourbillon de flamme. Les trois autres pilotes de Mig-21 ne cherchent pas plus loin et passent aussitôt basse altitude pour atterrir.

Les pilotes de la 921st sont totalement sous le choc, personne n'est décédé mais le traumatisme est là. La 921st viens d'être victime d'une opération de balayage du ciel visant à sortir la 921st et ses Mig-21 des combats de façon durable. Pas moins de 90 chasseurs déguisés en bombardier ont participé à cette opération. Avec sa petite vingtaine de chasseurs opérationnels, la 921st a totalement était surprise. Huit Mig-21 ont décollé de Noi Bai avant que le piège soit compris. Les F-4 les attendaient au-dessus de la base et en ont détruit 5 d'entre eux.
Sur les cinq pilotes abattus, aucun n'est mort mais quatre sont à l’hôpital de Hanoi, le commandant Phung The Tai rend visite aux pilotes à l’hôpital, et leur dit "C'est notre erreur pas la vôtre".
Le fait que le commandement admette son erreur remonte grandement le moral des pilotes évitant qu'ils ne perdent foi en leur capacité à combattre.
La plupart des pilotes abattus durant l'opération BOLO deviendront plus tard certains des plus grands AS de la guerre du Vietnam.

Image IPB
Le nombre d'étoiles sur l'avion ne représente pas le nombre de victoire d'un pilote mais de plusieurs pilotes ayant combattu avec ce même avion.

Tactique de combat Nord-Vietnamien

Au départ les Nord-Vietnamiens étaient conseillés par des Soviétiques et ont calqué leurs stratégies sur les stratégies Soviétiques. Mais après l'opération BOLO il était évident que cette stratégie n'était pas adapté à la petite force aérienne Vietnamienne. La tactique soviétique repose sur un très fort soutien au sol, SAM, GCI, radar en pagaille. Alors d'accord au Nord-Vietnam on retrouve tout cela, une forte concentration de radar, SAM, GCI.
Mais la stratégie Soviétique repose également sur une saturation des forces ennemis entrant dans son territoire aussi bien en l'air qu'au sol dans le but de désorganiser totalement la force ennemie avec des assauts sur les forces ennemis tout azimut. Là le Nord-Vietnam en est totalement incapable. Au plus fort du conflit le Nord-Vietnam ne peu guère aligner plus de 50 appareils en état de voler face aux centaines d'avions Américains.
De plus dans la doctrine Soviétique, les décisions sont entièrement prise par le GCI laissant très peu de place aux pilotes le loisir de faire preuve d'initiative.
Très vite les Nord-Vietnamiens vont se rendre compte qui leur est impossible de suivre les conseils soviétiques et qui va leur falloir inventer une nouvelle façon de combattre.
Le Nord-Vietnam possède en outre des pilotes extrêmement bien entraîner sur lequel ils peuvent compter, petit à petit de plus en plus de décisions tactiques vont être laissé à l’appréciation des pilotes comme le fait simple d'engager un combat ou non selon son appréciation. Étrangement cette décision va largement augmenter la combativité des pilotes.

Une véritable petite révolution aérienne va donc être opéré par la petite forces aérienne Nord-Vietnamienne qui réside tout simplement à adapter la guérilla dans le ciel. Il ne s'agit plu de gagner une bataille aérienne, un combat ou de détruire son adversaire mais de pousser l'ennemi à la faute, agir par petite piqûre, désorganiser son dispositif, le pousser à abandonner son objectif et surtout le démoraliser.
Dès 1967, un peu plus en 1968 et surtout en 1972 le Nord-Vietnam va pousser à son paroxysme cette nouvelle stratégie bien plus adapter à la situation. Les Nord-Vietnamiens ne décolleront plus en masse mais par petit groupe de deux ou quatre dans des directions différentes et des zones différentes.
Finis de disposer d'une ou deux base (comme la grande base de Noi-Bai) non les pilotes décolleront depuis plus d'une dizaine de base différentes, parfois des avions d'une même paire décollent de deux bases différentes et se rejoignent plus tard pour perturber les radars ennemis.
Bien que Noi-Bai reste la base principale des Mig-21, des petits groupes de Mig-21 sont éparpillés un peu partout et les pilotes vont de base en base par rotation. Des bases jetable poussent et sont détruites au grè des combats.
Les Mig-21 en décollent plu uniquement pour intercepter les gros packages, non ils effectuent des cap, interceptent des formations importantes ennemis aussi bien que des avions de reco isolé, le but est de maintenir sous tensions permanentes les pilotes US qui ne peuvent prévoir le décollage ou non des forces ennemis.
Parfois les Nord-Vietnamiens laissent passer d'énormes formations ennemis et décollent pour intercepter des petits vols routiniers. Les avions engagent le combat face à un ennemi supérieur en nombre et parfois se replie face à un ennemi en infériorité.
Faire régner la confusion est le maître mot.
Les pilotes n'optent pas forcément pour le combat mais bien souvent vont œuvrer de paire avec les SAM.
Ils engagent le combat mais se replie très vite en défensive en se dirigeant vers leurs DCA tendant des embuscades aux Américains, nombreuses victoires sont attribués à la DCA mais ont été obtenu grâce aux forces aériennes.
Les pilotes de Mig-21 vont bien souvent tirer leurs missiles bien au-delà de leur portée d'efficacité tout simplement pour forcer les bombardiers à partir en défensive et à larguer le chargement de bombe au hasard.
Piquer et s'enfuir, désorganiser et s'enfuir, embuscades, victoires et défaites....

En réalité les forces Nord-Vietnamiennes ont gagnés très peu de combats aériens dans leurs globalités et dans le sens propre du terme, mais leur but n'était clairement pas celui-ci.
Mais nombreuses missions Américains ont dut être annulé, les Américains n'ont jamais cessé de mobiliser de nombreux moyens dans le seul but de lutter contre la petite force aérienne Nord-Vietnamienne. D'énormes moyens ont été également mobiliser pour tenter de détruire les bases aériennes Nord-Vietnamienne qui poussaient comme des champignons.

Cette stratégie était bien sûr loin d'être très efficace à court terme, plusieurs revers ont étés essuyé mais sans cette petite révolution aérienne, les forces armées aériennes Nord-Vietnamiennes aurait cessé d’exister dès 1967.


Image IPB


Rien est calme sous le soleil du Vietnam

Le 6 Janvier survient un nouveau désastre pour les pilotes du 921st. A 9h24 quatre Mig-21 pilotés par Tran Hanh, Mai Van Cuong, Dong Van De et Nguyen Van Coc sont partis en CAP depuis No Bai. Le GCI leur signale un groupe ennemi très proche. Le groupe ennemi n'ayant pas été signalé plus tôt les pilotes du 921st sont en très mauvaise posture et sont en désavantage ayant eux été repérés par les chasseurs US. Les Américains ont pu se mettre en situation idéale avant d'être repérés par les radars Nord-Vietnamiens. Comprenant la mauvaise situation dans laquelle ils sont, les pilotes de Mig-21 décident de faire demi tour pour revenir, en ayant pris une position plus avantageuse. Mais déjà pas moins de six missiles Aim-7 foncent sur eux. Un des Mig-21 est abattu, le pilote s'éjecte mais ne survivra pas. Rattrapés par leurs adversaires, les autres pilotes engagent le combat tournoyant avec les F-4. Un pilote de Mig réussi à accrocher un des F-4 et lui expédie un R-3S mais le F-4 réussi à esquiver le missile. Le coéquipier du Phantom, quant à lui, réussi à envoyer un Aim-9 sur l'agresseur "Tran Hanh" et l'envoit au tapis, Tran Hanh réussi à s'éjecter et survivra. Le combat s'arrête là, les deux autres pilotes du 921st réussissent à rentrer sur leur terrain, sains et saufs.
En une semaine le 921st vient de perdre sept Mig-21 définitivement dont un pilote. Le commandement décide une nouvelle fois de retirer du combat pour plusieurs mois le 921st et ses Mig-21 des combats. Plusieurs raisons: compenser les pertes subies, redéfinir et affiner les tactiques d'engagement. Le Hit&Run ainsi que la guérilla aérienne cités plus haut vont être officiellement définis dans les tactiques du 921st. Tous les pilotes vont également subir un nouveau programme d'entraînement aérien intensif encore plus poussé.

Autre fait intéressant: à partir de février 1967, c'est l'arrivée dans le conflit des pilotes Nord-Coréens. Un régiment de Mig-17 et un de Mig-21 s'installent sur la base de "Kep Air". Ils vont y rester de février 1967 à mi-1969. Ils viennent également avec leurs propres contrôleurs au sol et mécaniciens. Les pilotes Nord-Coréens vont réclamer la destruction de 26 avions Américains. Chiffre bien sûr exagéré, 4 avions sont bien reconnus détruits par des Mig-21 Nord-Coréens, mais nous n'avons pas d'autres infos. Nous avons très peu d'informations sur l'intervention Nord-Coréenne au Vietnam. Selon les Nord-Vietnamiens, les pilotes de Corée du Nord étaient très peu enclins à la coopération avec les forces de la NVAF. Ils ne communiquaient pas sur leurs intentions, ils étaient lents à réagir et intervenaient souvent trop tard. De plus, ils étaient très fermés sur leurs tactiques et refusaient les conseils des pilotes Nord-Vietnamiens et les échanges. Ils faisaient leur guerre dans leur coin sans rien communiquer. Plusieurs fois la NVAF a du fournir de précieux Mig aux forces Nord-Coréennes pour combler les pertes. Selon les quelques informations que nous avons les Nord-Coréens ont subit un taux de pertes très élevé face à l'aviation Américaine.

Image IPB

Les combats reprennent

Tout d'abord le 24 mars 1967, la 371ème division aérienne est créée. Elle regroupe les 3 régiments de combat: le 921 sur Mig-21, le 923 régiment sur Mig-17 ainsi que le 919ème régiment de transport et logistique. Le regroupement des trois régiments sous un même commandement et un même contrôle permettra une meilleure souplesse et surtout une meilleure collaboration. A ce moment là, l'armée de l'air Nord-Vietnamienne comprend 64 pilotes de chasse pour 1024 contrôleurs aériens au sol.

C'est le 23 avril, soit plus de trois mois après l'opération BOLO que les Mig-21 du 921st reprennent les opérations de combat, Deux paires de Mig-21 sont envoyés intercepter un groupe d'attaque au sol composé de F-105 vers Thai Nguyen, mais avant que les Mig-21 ai le temps d'arriver sur les F-105, plusieurs F-4C sont envoyés intercepter les Mig-21 et le pilote Kinh's est abattu par un Aim-7, le pilote réussi à s'éjecter. Kinh's est un futur AS de la chasse Vientamienne qui aura connu trois éjections au cours de sa carrière. Un autre Mig-21 est abattu trois jours plus tard, abattu par un ... Mig-17.

Le 28 avril, deux Mig-21 serpentant dans les montagnes de Tam Dao interceptent des F-105 quittant l'espace aérien Nord-Vietnamien après avoir accomplis leur mission, deux R-3S sont tirés mais un seul atteint sa cible et provoque la destruction d'un F-105 juste à la frontière avec le Laos.
Trois autres F-105 alors en mission sur Hanoi sont abattus par des Mig-21 du 921st le 30 avril.
Du 28 avril au 30 avril, quatre F-105 sont abattus par le 921st permettant aux pilotes du 921st de renouer avec la victoire et de remonter le moral des pilotes quant à l’efficacité de leurs tactiques.
En Mai, les combats aériens sont nombreux avec plus de 30 a 40 sorties par jour par les forces aériennes Nord-Vietnamienne.
Alors que deux Mig-21 commandés par Pham Thanh Ngan, sont envoyés intercepter 12 F-105 escortés par 8 F-4. Les deux pilotes réussissent à approcher à 7 km la formation de F-105 sans se faire repérer par l'escorte. Les deux Mig accélèrent pour pouvoir tirer leurs missiles, la patrouille tirent deux R-3S sur les F-105 mais l'escorte intervient aussitôt après les tirs. L'ailier de la paire de Mig est touché par un missile tiré par un des F-4. Les deux Mig-21 rentrent immédiatement vers Noi Bai, le Mig-21 bien que touché par un missile et encore en état de vol mais très endommagé: au fur et à mesure qu'il approche de sa base sa puissance baisse. Il finit par s'écraser à seulement 500 m de la piste de Noi Bai, son pilote réussi à s’éjecter avant le crash.
Le duo réclame la destruction d'un F-105.
Trois autres F-105 sont abattus le lendemain.
A la mi-mai un F-4 est réclamé mais également un autre Mig-21 touché par un Aim-9, son pilote réussi à s'éjecter mais meurt de ses blessures à l'hôpital, c'est le second mort du 921st de l'année 1967.
Le 22 mai alors que quatre Mig-21 interceptent des F-105 ils sont eux même engagés par des F-4C qui leur tombent dessus depuis 7000m d'altitude. Les Mig-21 réussissent à éviter l'attaque des F-4C, le pilote Ngu réussi à se placer à l'arrière d'un des F-4C et tire un R-3S qui pulvérise le F-4, l'USAF déclare un F-4C abattu par un SAM au-dessus de Kep, là ou la victoire de Ngu a été réclamée.

Entre le 24 avril et le 25 mai, les forces aériennes Nord-Vietnamienne ont déclaré avoir abattu 19 chasseurs US pour 469 sorties dont 34 combats aériens, 222 attaques au sol ont échoué de part l'action des Migs.
Autre fait, le premier lot de Mig-21PFM arrive au Vietnam en Juillet, le Mig-21PFM dispose notamment d'un radar de recherche amélioré, d'un meilleur taux de virage, meilleur manœuvrabilité et d'une puissance accrus mais d'une autonomie moindre et d'un système de navigation pas vraiment au point. Le 921st prend en compte 24 Mig-21PFM ainsi que 480 R-3S.

Image IPB

Dans les nuages du Vietnam

Dans la matinée du 11 Juillet 1967, le 921st envoie deux Mig-21 pilotés par Trong Huyen et Dong Van Song en coordination avec un groupe de Mig-17, intercepter des avions de l'US Navy attaquant un pont sur Hai Duong. Huyen réclame avoir abattu un A-4 mais non attesté par l'US Navy. Le 2 Août 1967, un F-105 est également réclamé toujours non attesté par les US. Le 10 Août 1967, l'US Navy envoie de nouveau des appareils attaquer des ponts dans la zone, le pilote Bui Dinh Kinh et Dong Van Song sont immédiatement envoyés intercepter le groupe Américain. Mais cette fois des F-4B assurent l'escorte, les deux Mig-21 sont immédiatement interceptés, Kinh's est bon pour deux Aim-9D détruisant son appareil, le pilote s'éjecte mais sera tué par erreur par la milice locale. Le second pilote entame de nombreuses manœuvres mais fini également par recevoir un Aim-9D, il réussi à fuir le combat très endommagé mais finalement il est forcé de s'éjecter faute d'hydraulique.

Une réunion d'urgence est prise avec les responsables du 921st, si les pilotes ont compris les tactiques d'interceptions, les pertes sont encore trop élevées dès qu'ils sont eux même interceptés par l'escorte ou les missions de balayages du ciel. Il en découle que les pilotes de Mig-21 continuent à répéter les mêmes erreurs encore et encore quand ils sont engagé en combat, ils continuent à partir en dog dès qu'ils sont accrochés, connaissant mal les faiblesses et qualités de leurs adversaires. La coopération entre Mig-17/Mig-21 reste très difficile et les communications mal coordonnées, ne parlons même pas de la coopération plus qu'hasardeuse avec les pilotes Nord-Coréens. De plus les mécanos Nord-Vietnamiens peinent à entretenir convenablement les machines.
Une nouvelle fois les pilotes sont rappelés à l'ordre, de nouveaux mécaniciens sont envoyés en URSS pour être formés mais le 921st continue le combat.

Le 23 août, 40 avions Américains sont repérés par les radars au-dessus du Laos, deux Mig-21 pilotés par Nguyen Nhat Chieu et Nguyen Van Coc partent intercepter les avions Américains, les Nord-Coréens envoient également plusieurs Mig-17 dans la zone. Les Mig-21 restent à très basse altitude vers l'Ouest puis une fois à 15km de leurs cibles ils grimpent à plus de 6000m en obliquant vers le Nord. Tandis que les Mig-17 Nord-Coréens ont la charge d'attaquer les F-105, cette fois les Mig-21 engagent directement les F-4D, technique inhabituelle pour les pilotes US. Chieu arrive directement dans les six d'un F-4D, tire un missile envoyant au tapis dans la jungle son adversaire. Van Coc abat également un second F-4D avec un R-3S. Après l'attaque Chieu part se cacher dans un nuage pour débouler sur un autre F-4D. Van Coc engage également un autre F-4D, Van Coc lance un R-3S quand Chieu sortant de son nuage déboule devant Van Coc et prend un missile de plein fouet. Le Mig-21 de Chieu bien que difficilement volent encore, la décision est prise de rentrer à la base.
Les deux F-4D abattus sont confirmés par les sources Américaines. Après que les deux appareils du 921st aient atterris, le Mig-21 de Chieu est inspecté, Van Coc pensant avoir envoyé un missile sur son propre ailier. Mais les mécanos découvrent de nombreux débris dans l'entrée d'air et le moteur de l'appareil. En fait le missile a bien touché le F-4D, mais le Mig de Chieu arrivant juste derrière à avaler les débris du F-4.

Pendant ce temps, l'état major se plaint de l'impunité des avions de reco et de brouillage US, une nouvelle mission est donnée aux pilotes du 921st, la priorité doit être donnée sur ces avions ennemis agissant en toute impunité.

Image IPB

La suite à venir
Sleipner
Merci beaucoup Polia pour cet éclaircissement.

Vivement la suite!

A+ Sleip.
Poliakov
Merci notworthy.gif

Petit Up pour finir avec l'entraînement des pilotes pour passer aux combats wink.gif

L'entraînement continu

De 1965 à 1968, 140 pilotes seront formés par les Soviétiques, 80 par les Chinois et 40 par les Nord-Vietnamiens eux mêmes.
Les pilotes formés en URSS iront dans les unités sur Mig-21/Mig-17, en Chine seront sur Mig-19/Mig-17 enfin ceux formés au Vietnam seront exclusivement dédiés à la logistique, pilotant hélicoptères et avions de transports.

Quand une promo de 20/25 pilotes retournent au Vietnam, seuls les 3 meilleurs peuvent rejoindre une unité de combat, les autres continuent l'entraînement au Vietnam en attendant une place en unité de combat.
Les jeunes pilotes ont l'interdiction totale d'engager le combat et doivent immédiatement rentrer à la base si des F-4 ou F-8 sont détectés, seuls les plus expérimentés peuvent combattre. Les jeunes ont l'autorisation uniquement d'intercepter les drones ou d'assister au combat de loin à l'écart sous la couverture des SAM et apprennent de l'expérience des plus vieux.
En attendant de pouvoir se battre les jeunes pilotes effectuent de l'entraînement au tir, notamment du tir sur mini-drone d'entraînement fourni par les Soviétiques ou de conception locale avec le R-3S.
Des simulations de combat entre jeunes pilotes de Mig-17 et Mig-21 sont également organisées.
Un jeune pilote devra la plupart du temps attendre au moins une année voir deux avant d'avoir le privilège d'engager le combat avec les Américains. A raison d'une moyenne de 70h de vol d'entraînement par mois, les combattants Nord-Vietnamien ont pas loin de 1000h de vols au moment de leur premier combat aérien.
Ce système atteindra son paroxysme en 1972 après la pause de 4 ans, 1968/1972.
Contrairement à l'idée reçue, les Américains affrontent des pilotes connaissant parfaitement leurs machines, maîtrisant totalement l'art du combat aérien et fort d'une expérience de la guerre permanente.
Après chaque combat un débriefing complet à lieu avec tout les jeunes pilotes mais aussi l'état major ....
De ce fait les Nord-Vietnamiens réviseront de nombreuses fois leurs tactiques obligeant les Américains à l'innovation permanente.
Un combat aérien perdu entraînant un combat aérien victorieux le lendemain et ainsi de suite ....
Methos

cheer.gif cheer.gif cheer.gif Génial Polia!!! Merci pour ton article!!! thumbsup.gif thumbsup.gif thumbsup.gif
Giat
Vraiment captivant
Aerdalis
Très sympa à lire, j'attends la suite !
toubib
Encore ! notworthy.gif
gouloo
J'adore, encore smile.gif

(D’ailleurs existe t'il des doc sur les procédures et les cours theorique sur mig ? histoire de s'immergé encore plus dans le role de pilote de mig )
Poliakov
Merci wink.gif

Il y a bien des manuels de vols traduits en Anglais trouvables facilement sur le net, par contre trouver des cours sur les procédures et la théorie du combat dépassant le stade du manuel d'utilisation est très compliqué, chaque pays faisant un peu à sa sauce au fur et à mesure des combats, retex, utilisations .....

Image IPB

Premier combat

Le 4 Mars 1966, les radars de surveillance repèrent un drone de reconnaissance US Firebee à 13h53 sur la frontière Vietnam-Laos à une vitesse de 800km/h. Il est de nouveau repéré à l'est de Hanoi à 5000m en montée rapide. Le futur grand AS Nguyen Hong Nhi en patrouille solitaire au-dessus de Hanoi en Mig-21PFL est envoyé intercepter le drone. Le pilote accélère à M1.7 et grimpe à une altitude de 17000m. Le radar amène Hong Nhi à 15km de la cible puis le pilote allume le radar du Mig pour repérer le drone. Nhi tire un premier R-3S à 3km de la cible, 1.5s plus tard tire un second missile. Le drone est abattu à 18000m d'altitude à 70km au Nord-Est de Hanoi.

Ceci est la première victoire de la part d'un Mig-21 au-dessus du Vietnam, même si la victoire peut paraître minime et anecdotique elle aura un formidable impact sur le moral des combattants de l'air de la NVAF. Les pilotes vont prendre confiance en leurs machines et en leurs équipements. Abattre un drone à 18000m à une vitesse proche du Mach est pour l'époque un exploit particulièrement pour un petit pays comme le Nord-Vietnam.

Le Mig-21 entre dans la guerre du Vietnam, malgré un début encourageant du point de vue des pilotes, il va falloir attendre un peu pour qu'il devienne le cauchemar des pilotes Américains. Les pilotes vétérans du Mig-21 étant tous d'anciens pilotes du Mig-17, les nouveaux pilotes sur Mig-21 n'étant pas encore revenus d'URSS. L'apprentissage et la prise en compte des nouvelles façons de combattre du Mig-21 par rapport au Mig-17 n'étant pas encore assimilées par ses pilotes. Il va falloir quelques pertes pour que les pilotes du Mig-21 comprennent qu'un Mig-21 ne s'utilise pas comme un Mig-17 dans les combats.
Goztreh
Encore! notworthy.gif

wub.gif

Goz.
DArt
Captivant ! Mais on voit que Goz a encore beaucoup à apprendre gap.gif
Tacno
CITATION(DArt @ 28 Sep 2017, 14:51) *

Captivant ! Mais on voit que Goz a encore beaucoup à apprendre gap.gif

En commençant par la langue russe laugh.gif
Poliakov
Je profite du fait que je sois rentré tôt pour continuer un peu
J'en profite également pour donner mes sources:

- MiG-21 Units of the Vietnam War
- MiG-21 Aces of the Vietnam War
- F-4 Phantom II vs MiG-21: USAF & VPAF in the Vietnam War
- Ainsi que de nombreuses recherches depuis déjà quelques années sur le sujet principalement sur le site d'Acig.org et divers sites. La guerre du Vietnam en général mais particulièrement du point de vue NVAF n'est pas une passion nouvelle.


Image IPB

Des débuts difficiles

Plusieurs combats ont lieu pour les pilotes de Mig-21 mais rien de concret jusqu'au 23 Avril 1966.
Le 23 Avril 1966, plusieurs groupes de F-105 escortés par des F-4 effectuent des frappes sur les routes de Hanoi.
Une paire de Mig21PFL pilotés par Nguyen Dang Kinh et Dong Van Song sont envoyés intercepter les avions Américains.
Dang Kinh engage le combat dans un furieux dogfight, un R-3S est tiré mais part complètement à côté de la cible,
Le second missile tombe comme une pierre. Comble de malchance le système hydraulique de Kinh's est endommagé forçant le pilote à s'éjecter à 200m d'altitude, Kinh's s'en sort vivant.
Aucun Mig-21 n'est revendiqué le 23 Avril.
Trois jours plus tard un Mig-21PFL est abattu par un AIM-9B tiré par un F-4.

Durant les engagements de Avril-Mai 1966, 14 R-3S sont tirés par les pilotes de Mig-21, aucun n'a atteint de cible.
Depuis le drone aucune victoire n'a été revendiquée et deux Mig-21PFL ont été perdus.
L'état major décide de retirer les pilotes de Mig-21 des combats temporairement pour réfléchir à de nouvelles tactiques et reprendre l'entraînement de façon intensif.
Après réflexion, il s'est avéré que les pilotes entraient trop vite en combat tournoyaient et tiraient leurs missiles bien au-delà du domaine d'efficacité des R-3S, les pilotes utilisaient mal le nouveau viseur équipant leur machine.
De nouvelles tactiques seront mise en place, les Mig-21 collaboreront étroitement avec les Mig-17. Les Mig-17 chercheront le combat tournoyant avec les Américains à une altitude de 1500-2000m pendant que les pilotes de Mig-21 ont l'interdiction d'entrer en dog mais de pratiquer uniquement le B&Z à une altitude de 2000-2500m, tirer et partir plein PC vers la couverture des SAM de Noi Bai.
Le Leader est armé de 2 R-3S alors que l'ailier est lui armé de deux pods roquettes UB-16.
Le leader est chargé de l'interception alors que l'ailier lui est uniquement chargé de défendre son leader et n'engage le combat que si son leader est engagé ou lui même. L'ailier évolue en mouvement imprévisible constant dans une bulle de 200-700m autour de son leader, le but principal est de repérer tout missile se dirigeant vers la paire. Si un missile est repéré l'ailier break fort en indiquant par radio gauche ou droite au leader tandis que le leader va breaker dans l'autre sens en piquant vers le sol.

Les pilotes de Mig-21 vont s'entraîner jusqu'en Juillet 1966, au même moment un groupe de 13 nouveaux pilotes revient d'URSS, jeunes pilotes n'ayant connu que le Mig-21, les premiers.
En juillet, fort de la période d'entraînement et des nouvelles tactiques, les pilotes du 921ST sur Mig-21PFL reprennent le combat. En juillet les Américains vont déplorer les premières pertes dues à l'action des Mig-21.
Giat
On dirait nous !
Goztreh
"Haters gonna hate"

Encore encore encore!

wub.gif

Goz.
Poliakov
Image IPB

Reprise des combats

Les 13 nouveaux pilotes arrivés d'URSS entament un nouveau entraînement intensif incluant pour la première fois une qualification à l'interception de nuit et par très mauvais temps, en attendant d'être jetés dans le bain ils sont également entraînés à utiliser les nouvelles tactiques.

Le 7 Juillet 1966, une paire de Mig-21PFL pilotés par Nguyen Nhat Chieu armés de R-3S et Tran Ngoc Siu armés de roquettes attaquent une paire de F-105 au-dessus de la Thaïlande. Les deux pilotes de Mig-21 se cachent dans les reliefs et attendent les deux F-105. Les deux Américains sortent des montagnes à une altitude de 500m, ils sont immédiatement pris en embuscade par les deux Vietnamiens. Chieu ne parvient pas à tirer les R-3S et donne la relève à son ailié qui lance plusieurs salves de roquettes, un des F-105 est frappé de plein fouet et s'écrase après l'éjection de son pilote.
C'est la première victoire aérienne grâce aux roquettes, les USA attribuent la perte aux canons de 85mm, mais aucun canon n'est présent dans ce secteur ce jour là.

Ce premier succès démontre l'efficacité des nouvelles tactiques de la NVAF, mais ce n'est toujours pas suffisant pour convaincre l'état major.
Un autre F-105 est abattu 4 jours plus tard mais deux Mig-21 sont abattus le 14 Juillet par des F-4 en combat tournoyant.
Il est décidé d'abandonner les pods UB-16 alourdissant bien trop le Mig-21 est de reprendre l'usage exclusif du R-3S.
Une demande est fait pour recevoir des Pods canon GP-9 mais elle n'aboutira jamais notamment du fait que le pod remplace le réservoir supplémentaire.

Aucun combat n'a lieu en Août 1966 pour le 921ST, malgré l'intensification des bombardements cette période est dédiée à l'étude des schémas d'attaques des Américains pour prévoir en avance les interceptions plutôt que d'attendre le moment critique. Les Américains utilisent presque toujours le même schéma d'attaque, les mêmes routes inlassablement chaque jour comme une routine d'entraînement.
Cela n'a pas échappé à la NVAF qui va en profiter.

Des CAP de Mig-21 sont donc organisés à basse altitude hors de portée des radars le long des routes empruntées par les Américains.
Le 21 septembre 1966 un important groupe de F-105 escorté par des F-4 emprunte l'axe d'attaque en sortie de montagne pour attaquer le pont de Dap Cau. Deux paires de Mig-17 et une paire de Mig-21 sont en CAP dans le secteur et sont envoyés à l'interception à 8h53. Une nouvelle paire de Mig-21 décolle de Noi Bai en renfort dans la foulée. Les Mig-17 occupent les F-4 tandis que les Mig-21 fonce sur les F-105.
Le pilote Huyen réussi à surprendre la formation de F-105 par le bas et tir un R-3S à une distance de 1500m à 1200m d'altitude lui donnant sa première victoire. Perte que les Américains attribuent aux SAM.

En Octobre trois pilotes de la 921ST réclament une victoire chacun.
Le matin du 5 Octobre le pilote Bui Dinh Kinh et son ailié Nguyen Danh Kinh avec une autre paire de Mig-21 en soutien sont envoyés intercepter deux EB-66 de guerre électronique escortés par quatre F-4C.
Les pilotes Vietnamiens sont engagés, Bui Dinh Kinh décoche deux R-3S sur un des F-4C qui est aussitôt abattu.
C'est la première victoire d'un Mig-21 sur le F-4.

Les pilotes de la 921ST sont désormais convaincu par les nouvelles CAP et l'efficacité des R-3S.
Poliakov
Vous remarquerez d'ailleurs qu'il est très rare contrairement à nous en simu qu'il y ai plus d'une perte ou victoire dans un combat. En effet à partir du moment où les mig-21 réussissait à décocher un missile la formation ennemi partait au CAC et du coup la mission est avorté. Généralement à se moment là les pilotes Vietnamiens rentraient plein pot. Il en est de même si ils subissaient une perte. Contrairement à nous, les pilotes qu'ils soient US ou NV ne s'acharnent ni sur l'objectif ni sur la destruction de l'adversaire
Bien sûr quelques rares cas verront des batailles aériennes plus conséquentes avec plusieurs pertes ou victoires dans les deux camps particulièrement en 1972 mais elles sont relativement très très rares. ( pas plus de 4/5 sur 5 années de combats aériens)
Poliakov
Image IPB

Image IPB

Une fin d'année glorieuse

Entre le 2 et le 24 Décembre, l'aviation Américaine effectue pas moins de 280 missions de bombardement dans le nord Vietnam principalement dans la région de Hanoi sur les gares ferroviaires et les bases aériennes de la 921st, Noi Bai et Kep.
La 921st a participé à 8 combats aériens abattant 9 avions ennemis durant cette même période.

Le 5 décembre 1966, trois Mig-21 sont en état d'alerte en bout de piste sur la base de Noi Bai. L'alerte est donnée quand une formation de 24 F-4 accompagnant des F-105 est repérée à la frontière depuis la Thaïlande. A 8h55 les trois pilotes décollent, Nguyen Dang, Kinh et Bui Duc Nhu et se dirigent 35km à l'ouest pour attendre le passage des F-105 en embuscade. A 9h05 Kinh repère les F-105 sans avoir été repéré par l'escorte musclée, il tire un R-3S qui frappe un des F-105 de plein fouet. Un autre groupe de F-105 est repéré, les pilotes passent à flan de montagne pour éviter les détections et réussissent à tirer un nouveau missile sur un F-105.
Les Américains affirment que les F-105 ont été abattus par la défense anti-aérienne mais les systèmes de défense Nord-Vietnamiens ne réclament aucune victoire ce jour là.

Devant les succès du mois de décembre, l'état major Nord-Vietnamien décide de pousser les interceptions encore plus loin de la bulle de SAM de Hanoi pour déstabiliser encore plus les formations Américaines dès leur entrée dans le Nord-Vietnam.
En décembre, les pilotes de Mig-21 sont convaincus de l'efficacité du R-3S mais aussi bien conscients qu'il est nécessaire de prendre l'adversaire par surprise: rester dans l'angle mort des radars ennemis et le plus longtemps possible invisible à leur yeux; tirer entre 1200-2500m et ensuite pousser le plus rapidement possible à basse altitude jusqu'à leur base de départ. La guérilla aérienne est née.
Les pilotes de Mig-21 avaient bien plus de mal à repérer les départs missiles du fait de la faible visibilité du cockpit, cette tâche était donc entièrement donnée à l'aillier de la paire.

En 1966 les pilotes de Mig-21 réclament la destruction de 20 appareils ennemis pour 7 pertes mais un seul et unique pilote de Mig-21 est mort au combat, les autres ont pu évacuer l'avion, par éjection ou suite à un atterrissage d'urgence.
La 921st a effectué en 1966 2024 sorties de combat sur 148 jours dont 39 jours dans des conditions IMC.
La moyenne par pilote en 1966 est de 107 sorties de combats.

Les succès du Mig-21 en 1966 et particulièrement en décembre vont obliger les Américains à reconsidérer la menace, cela va très vite conduire à une opération Américaine très célèbre contre la 921st et le Mig-21 l'année suivante.
Poliakov
Image IPB

Opération BOLO

Seul le point de vue de la NVAF sera abordé, suffisamment d'articles sur le net existent pour avoir des détails du point de vue US.

Début 1967, les avions américains continuent leurs frappes principalement sur les centrales électriques, les sites industriels, les infrastructures de transports et les sites militaires dans les régions de Hanoi et de Haiphong. Mais une opération en particulier a limité les capacités opérationnelles du Mig-21 en ce début d'année alors que la NVAF commençait à tirer parti de sa petite force de chasse. En 1966, la majeure partie des combats étaient supportés par le Mig-17, il a fallut attendre la fin de l'année 1966 pour que le Mig-21 prouve pleinement son potentiel au coté du Mig-17. Cela n'a pas échappé aux Américains.

La nouvelle année commence donc très mal pour la 921st. Le 2 janvier 1967, 5 Mig-21 sont abattus (l'USAF en revendique 7) au-dessus de Noi Bai, aucun pilote n'a par contre été tué mais le coup au moral sera rude.
Ce jour là, la densité nuageuse est de 10/10 pour une base à 1500m. plusieurs groupes d'avions sont repérés par les radars Nord-Vietnamiens, vraisemblablement des F-105, basse altitude, brouillage particulier, axe d'attaque habituel de l'USAF. Mais le commandement ne donne pas l'ordre à la 921st de décoller de suite à cause de la météo. Après beaucoup d'hésitation l'ordre est finalement donné d'intercepter les intrus. "Quelques minutes de plus et l'opération aurait été annulée par l'USAF" A 15h06 quand les premiers Mig-21 décollent les intrus sont seulement à 40km de Noi Bai, pire au moment du décollage, deux groupes de F-4 armé A/A attendaient en embuscade dans les nuage juste au-dessus de Noi Bai. A peine décollés, les pilotes du 921st sont engagés, Dinh prend un Aim-7E mais parvient à s'éjecter au-dessus de Noi Bai.
Thuan et Nhu se lance aussitôt à la poursuite des intrus au-dessus de la base, mais quand les intrus se positionnent derrière les F-4, un autre groupe de F-4 se positionne. Le pilote Kinh tente de venir à leur secours mais 2 Aim-7 et 1 Aim-9 plus tard Kinh ne reçoit plus aucune réponse de ses camarades.
Le même destin est arrivé à la deuxième formation de Mig-21. Ngoc Do, Ngoc Ngu, Van De et Van Coc ont également décollés de Noi Bai. Après avoir traversé les nuages et fait un circuit complet au-dessus de Noi Bai, Do repère deux missiles en route sur eux, un des pilotes tombe en un tourbillon de flamme. Les trois autres pilotes de Mig-21 ne cherchent pas plus loin et passent aussitôt basse altitude pour atterrir.

Les pilotes de la 921st sont totalement sous le choc, personne n'est décédé mais le traumatisme est là. La 921st viens d'être victime d'une opération de balayage du ciel visant à sortir la 921st et ses Mig-21 des combats de façon durable. Pas moins de 90 chasseurs déguisés en bombardier ont participé à cette opération. Avec sa petite vingtaine de chasseurs opérationnels, la 921st a totalement était surprise. Huit Mig-21 ont décollé de Noi Bai avant que le piège soit compris. Les F-4 les attendaient au-dessus de la base et en ont détruit 5 d'entre eux.
Sur les cinq pilotes abattus, aucun n'est mort mais quatre sont à l’hôpital de Hanoi, le commandant Phung The Tai rend visite aux pilotes à l’hôpital, et leur dit "C'est notre erreur pas la vôtre".
Le fait que le commandement admette son erreur remonte grandement le moral des pilotes évitant qu'ils ne perdent foi en leur capacité à combattre.
La plupart des pilotes abattus durant l'opération BOLO deviendront plus tard certains des plus grands AS de la guerre du Vietnam.

Image IPB
Le nombre d'étoiles sur l'avion ne représente pas le nombre de victoire d'un pilote mais de plusieurs pilotes ayant combattu avec ce même avion.
gouloo
thumbsup.gif
Poliakov
Je reprends rapidement sur ma suite de textes sur les Mig-21 durant la guerre du Vietnam, avant de reprendre la suite du texte, un peite note sur la doctrine Nord-Vietnamienne.

Tactique de combat Nord-Vietnamien

Au départ les Nord-Vietnamiens étaient conseillés par des Soviétiques et ont calqué leurs stratégies sur les stratégies Soviétiques. Mais après l'opération BOLO il était évident que cette stratégie n'était pas adapté à la petite force aérienne Vietnamienne. La tactique soviétique repose sur un très fort soutien au sol, SAM, GCI, radar en pagaille. Alors d'accord au Nord-Vietnam on retrouve tout cela, une forte concentration de radar, SAM, GCI.
Mais la stratégie Soviétique repose également sur une saturation des forces ennemis entrant dans son territoire aussi bien en l'air qu'au sol dans le but de désorganiser totalement la force ennemie avec des assauts sur les forces ennemis tout azimut. Là le Nord-Vietnam en est totalement incapable. Au plus fort du conflit le Nord-Vietnam ne peu guère aligner plus de 50 appareils en état de voler face aux centaines d'avions Américains.
De plus dans la doctrine Soviétique, les décisions sont entièrement prise par le GCI laissant très peu de place aux pilotes le loisir de faire preuve d'initiative.
Très vite les Nord-Vietnamiens vont se rendre compte qui leur est impossible de suivre les conseils soviétiques et qui va leur falloir inventer une nouvelle façon de combattre.
Le Nord-Vietnam possède en outre des pilotes extrêmement bien entraîner sur lequel ils peuvent compter, petit à petit de plus en plus de décisions tactiques vont être laissé à l’appréciation des pilotes comme le fait simple d'engager un combat ou non selon son appréciation. Étrangement cette décision va largement augmenter la combativité des pilotes.

Une véritable petite révolution aérienne va donc être opéré par la petite forces aérienne Nord-Vietnamienne qui réside tout simplement à adapter la guérilla dans le ciel. Il ne s'agit plu de gagner une bataille aérienne, un combat ou de détruire son adversaire mais de pousser l'ennemi à la faute, agir par petite piqûre, désorganiser son dispositif, le pousser à abandonner son objectif et surtout le démoraliser.
Dès 1967, un peu plus en 1968 et surtout en 1972 le Nord-Vietnam va pousser à son paroxysme cette nouvelle stratégie bien plus adapter à la situation. Les Nord-Vietnamiens ne décolleront plus en masse mais par petit groupe de deux ou quatre dans des directions différentes et des zones différentes.
Finis de disposer d'une ou deux base (comme la grande base de Noi-Bai) non les pilotes décolleront depuis plus d'une dizaine de base différentes, parfois des avions d'une même paire décollent de deux bases différentes et se rejoignent plus tard pour perturber les radars ennemis.
Bien que Noi-Bai reste la base principale des Mig-21, des petits groupes de Mig-21 sont éparpillés un peu partout et les pilotes vont de base en base par rotation. Des bases jetable poussent et sont détruites au grè des combats.
Les Mig-21 en décollent plu uniquement pour intercepter les gros packages, non ils effectuent des cap, interceptent des formations importantes ennemis aussi bien que des avions de reco isolé, le but est de maintenir sous tensions permanentes les pilotes US qui ne peuvent prévoir le décollage ou non des forces ennemis.
Parfois les Nord-Vietnamiens laissent passer d'énormes formations ennemis et décollent pour intercepter des petits vols routiniers. Les avions engagent le combat face à un ennemi supérieur en nombre et parfois se replie face à un ennemi en infériorité.
Faire régner la confusion est le maître mot.
Les pilotes n'optent pas forcément pour le combat mais bien souvent vont œuvrer de paire avec les SAM.
Ils engagent le combat mais se replie très vite en défensive en se dirigeant vers leurs DCA tendant des embuscades aux Américains, nombreuses victoires sont attribués à la DCA mais ont été obtenu grâce aux forces aériennes.
Les pilotes de Mig-21 vont bien souvent tirer leurs missiles bien au-delà de leur portée d'efficacité tout simplement pour forcer les bombardiers à partir en défensive et à larguer le chargement de bombe au hasard.
Piquer et s'enfuir, désorganiser et s'enfuir, embuscades, victoires et défaites....

En réalité les forces Nord-Vietnamiennes ont gagnés très peu de combats aériens dans leurs globalités et dans le sens propre du terme, mais leur but n'était clairement pas celui-ci.
Mais nombreuses missions Américains ont dut être annulé, les Américains n'ont jamais cessé de mobiliser de nombreux moyens dans le seul but de lutter contre la petite force aérienne Nord-Vietnamienne. D'énormes moyens ont été également mobiliser pour tenter de détruire les bases aériennes Nord-Vietnamienne qui poussaient comme des champignons.

Cette stratégie était bien sûr loin d'être très efficace à court terme, plusieurs revers ont étés essuyé mais sans cette petite révolution aérienne, les forces armées aériennes Nord-Vietnamiennes aurait cessé d’exister dès 1967.


Image IPB
Giat
I am Kiffing tes textes !
Musis
Je dois reconnaitre que ton art de résumer et d'expliquer et au top...
Methos
thumbsup.gif Faut que tu lise Thud Ridge
Poliakov
CITATION(Methos @ 10 Mar 2018, 00:22) *

thumbsup.gif Faut que tu lise Thud Ridge


thumbsup.gif
Poliakov
Et je continue, c'est que j'ai tout une guerre à finir gap.gif

Rien est calme sous le soleil du Vietnam

Le 6 Janvier survient un nouveau désastre pour les pilotes du 921st. A 9h24 quatre Mig-21 pilotés par Tran Hanh, Mai Van Cuong, Dong Van De et Nguyen Van Coc sont partis en CAP depuis No Bai. Le GCI leur signale un groupe ennemi très proche. Le groupe ennemi n'ayant pas été signalé plus tôt les pilotes du 921st sont en très mauvaise posture et sont en désavantage ayant eux été repérés par les chasseurs US. Les Américains ont pu se mettre en situation idéale avant d'être repérés par les radars Nord-Vietnamiens. Comprenant la mauvaise situation dans laquelle ils sont, les pilotes de Mig-21 décident de faire demi tour pour revenir, en ayant pris une position plus avantageuse. Mais déjà pas moins de six missiles Aim-7 foncent sur eux. Un des Mig-21 est abattu, le pilote s'éjecte mais ne survivra pas. Rattrapés par leurs adversaires, les autres pilotes engagent le combat tournoyant avec les F-4. Un pilote de Mig réussi à accrocher un des F-4 et lui expédie un R-3S mais le F-4 réussi à esquiver le missile. Le coéquipier du Phantom, quant à lui, réussi à envoyer un Aim-9 sur l'agresseur "Tran Hanh" et l'envoit au tapis, Tran Hanh réussi à s'éjecter et survivra. Le combat s'arrête là, les deux autres pilotes du 921st réussissent à rentrer sur leur terrain, sains et saufs.
En une semaine le 921st vient de perdre sept Mig-21 définitivement dont un pilote. Le commandement décide une nouvelle fois de retirer du combat pour plusieurs mois le 921st et ses Mig-21 des combats. Plusieurs raisons: compenser les pertes subies, redéfinir et affiner les tactiques d'engagement. Le Hit&Run ainsi que la guérilla aérienne cités plus haut vont être officiellement définis dans les tactiques du 921st. Tous les pilotes vont également subir un nouveau programme d'entraînement aérien intensif encore plus poussé.

Autre fait intéressant: à partir de février 1967, c'est l'arrivée dans le conflit des pilotes Nord-Coréens. Un régiment de Mig-17 et un de Mig-21 s'installent sur la base de "Kep Air". Ils vont y rester de février 1967 à mi-1969. Ils viennent également avec leurs propres contrôleurs au sol et mécaniciens. Les pilotes Nord-Coréens vont réclamer la destruction de 26 avions Américains. Chiffre bien sûr exagéré, 4 avions sont bien reconnus détruits par des Mig-21 Nord-Coréens, mais nous n'avons pas d'autres infos. Nous avons très peu d'informations sur l'intervention Nord-Coréenne au Vietnam. Selon les Nord-Vietnamiens, les pilotes de Corée du Nord étaient très peu enclins à la coopération avec les forces de la NVAF. Ils ne communiquaient pas sur leurs intentions, ils étaient lents à réagir et intervenaient souvent trop tard. De plus, ils étaient très fermés sur leurs tactiques et refusaient les conseils des pilotes Nord-Vietnamiens et les échanges. Ils faisaient leur guerre dans leur coin sans rien communiquer. Plusieurs fois la NVAF a du fournir de précieux Mig aux forces Nord-Coréennes pour combler les pertes. Selon les quelques informations que nous avons les Nord-Coréens ont subit un taux de pertes très élevé face à l'aviation Américaine.

Image IPB
Poliakov
Les combats reprennent

Tout d'abord le 24 mars 1967, la 371ème division aérienne est créée. Elle regroupe les 3 régiments de combat: le 921 sur Mig-21, le 923 régiment sur Mig-17 ainsi que le 919ème régiment de transport et logistique. Le regroupement des trois régiments sous un même commandement et un même contrôle permettra une meilleure souplesse et surtout une meilleure collaboration. A ce moment là, l'armée de l'air Nord-Vietnamienne comprend 64 pilotes de chasse pour 1024 contrôleurs aériens au sol.

C'est le 23 avril, soit plus de trois mois après l'opération BOLO que les Mig-21 du 921st reprennent les opérations de combat, Deux paires de Mig-21 sont envoyés intercepter un groupe d'attaque au sol composé de F-105 vers Thai Nguyen, mais avant que les Mig-21 ai le temps d'arriver sur les F-105, plusieurs F-4C sont envoyés intercepter les Mig-21 et le pilote Kinh's est abattu par un Aim-7, le pilote réussi à s'éjecter. Kinh's est un futur AS de la chasse Vientamienne qui aura connu trois éjections au cours de sa carrière. Un autre Mig-21 est abattu trois jours plus tard, abattu par un ... Mig-17.

Le 28 avril, deux Mig-21 serpentant dans les montagnes de Tam Dao interceptent des F-105 quittant l'espace aérien Nord-Vietnamien après avoir accomplis leur mission, deux R-3S sont tirés mais un seul atteint sa cible et provoque la destruction d'un F-105 juste à la frontière avec le Laos.
Trois autres F-105 alors en mission sur Hanoi sont abattus par des Mig-21 du 921st le 30 avril.
Du 28 avril au 30 avril, quatre F-105 sont abattus par le 921st permettant aux pilotes du 921st de renouer avec la victoire et de remonter le moral des pilotes quant à l’efficacité de leurs tactiques.
En Mai, les combats aériens sont nombreux avec plus de 30 a 40 sorties par jour par les forces aériennes Nord-Vietnamienne.
Alors que deux Mig-21 commandés par Pham Thanh Ngan, sont envoyés intercepter 12 F-105 escortés par 8 F-4. Les deux pilotes réussissent à approcher à 7 km la formation de F-105 sans se faire repérer par l'escorte. Les deux Mig accélèrent pour pouvoir tirer leurs missiles, la patrouille tirent deux R-3S sur les F-105 mais l'escorte intervient aussitôt après les tirs. L'ailier de la paire de Mig est touché par un missile tiré par un des F-4. Les deux Mig-21 rentrent immédiatement vers Noi Bai, le Mig-21 bien que touché par un missile et encore en état de vol mais très endommagé: au fur et à mesure qu'il approche de sa base sa puissance baisse. Il finit par s'écraser à seulement 500 m de la piste de Noi Bai, son pilote réussi à s’éjecter avant le crash.
Le duo réclame la destruction d'un F-105.
Trois autres F-105 sont abattus le lendemain.
A la mi-mai un F-4 est réclamé mais également un autre Mig-21 touché par un Aim-9, son pilote réussi à s'éjecter mais meurt de ses blessures à l'hôpital, c'est le second mort du 921st de l'année 1967.
Le 22 mai alors que quatre Mig-21 interceptent des F-105 ils sont eux même engagés par des F-4C qui leur tombent dessus depuis 7000m d'altitude. Les Mig-21 réussissent à éviter l'attaque des F-4C, le pilote Ngu réussi à se placer à l'arrière d'un des F-4C et tire un R-3S qui pulvérise le F-4, l'USAF déclare un F-4C abattu par un SAM au-dessus de Kep, là ou la victoire de Ngu a été réclamée.

Entre le 24 avril et le 25 mai, les forces aériennes Nord-Vietnamienne ont déclaré avoir abattu 19 chasseurs US pour 469 sorties dont 34 combats aériens, 222 attaques au sol ont échoué de part l'action des Migs.
Autre fait, le premier lot de Mig-21PFM arrive au Vietnam en Juillet, le Mig-21PFM dispose notamment d'un radar de recherche amélioré, d'un meilleur taux de virage, meilleur manœuvrabilité et d'une puissance accrus mais d'une autonomie moindre et d'un système de navigation pas vraiment au point. Le 921st prend en compte 24 Mig-21PFM ainsi que 480 R-3S.

Image IPB
gillesdrone
notworthy.gif je viens d'arriver au bout de la lecture cheer.gif vraiment interessant et du coup oncompren mieux le sens de ta campagne thumbsup.gif
Vivement la prochaine mission de ta campagne russieflag.gif
Poliakov
Merci Gille, en voilà un autre bout gap.gif

Dans les nuages du Vietnam

Dans la matinée du 11 Juillet 1967, le 921st envoie deux Mig-21 pilotés par Trong Huyen et Dong Van Song en coordination avec un groupe de Mig-17, intercepter des avions de l'US Navy attaquant un pont sur Hai Duong. Huyen réclame avoir abattu un A-4 mais non attesté par l'US Navy. Le 2 Août 1967, un F-105 est également réclamé toujours non attesté par les US. Le 10 Août 1967, l'US Navy envoie de nouveau des appareils attaquer des ponts dans la zone, le pilote Bui Dinh Kinh et Dong Van Song sont immédiatement envoyés intercepter le groupe Américain. Mais cette fois des F-4B assurent l'escorte, les deux Mig-21 sont immédiatement interceptés, Kinh's est bon pour deux Aim-9D détruisant son appareil, le pilote s'éjecte mais sera tué par erreur par la milice locale. Le second pilote entame de nombreuses manœuvres mais fini également par recevoir un Aim-9D, il réussi à fuir le combat très endommagé mais finalement il est forcé de s'éjecter faute d'hydraulique.

Une réunion d'urgence est prise avec les responsables du 921st, si les pilotes ont compris les tactiques d'interceptions, les pertes sont encore trop élevées dès qu'ils sont eux même interceptés par l'escorte ou les missions de balayages du ciel. Il en découle que les pilotes de Mig-21 continuent à répéter les mêmes erreurs encore et encore quand ils sont engagé en combat, ils continuent à partir en dog dès qu'ils sont accrochés, connaissant mal les faiblesses et qualités de leurs adversaires. La coopération entre Mig-17/Mig-21 reste très difficile et les communications mal coordonnées, ne parlons même pas de la coopération plus qu'hasardeuse avec les pilotes Nord-Coréens. De plus les mécanos Nord-Vietnamiens peinent à entretenir convenablement les machines.
Une nouvelle fois les pilotes sont rappelés à l'ordre, de nouveaux mécaniciens sont envoyés en URSS pour être formés mais le 921st continue le combat.

Le 23 août, 40 avions Américains sont repérés par les radars au-dessus du Laos, deux Mig-21 pilotés par Nguyen Nhat Chieu et Nguyen Van Coc partent intercepter les avions Américains, les Nord-Coréens envoient également plusieurs Mig-17 dans la zone. Les Mig-21 restent à très basse altitude vers l'Ouest puis une fois à 15km de leurs cibles ils grimpent à plus de 6000m en obliquant vers le Nord. Tandis que les Mig-17 Nord-Coréens ont la charge d'attaquer les F-105, cette fois les Mig-21 engagent directement les F-4D, technique inhabituelle pour les pilotes US. Chieu arrive directement dans les six d'un F-4D, tire un missile envoyant au tapis dans la jungle son adversaire. Van Coc abat également un second F-4D avec un R-3S. Après l'attaque Chieu part se cacher dans un nuage pour débouler sur un autre F-4D. Van Coc engage également un autre F-4D, Van Coc lance un R-3S quand Chieu sortant de son nuage déboule devant Van Coc et prend un missile de plein fouet. Le Mig-21 de Chieu bien que difficilement volent encore, la décision est prise de rentrer à la base.
Les deux F-4D abattus sont confirmés par les sources Américaines. Après que les deux appareils du 921st aient atterris, le Mig-21 de Chieu est inspecté, Van Coc pensant avoir envoyé un missile sur son propre ailier. Mais les mécanos découvrent de nombreux débris dans l'entrée d'air et le moteur de l'appareil. En fait le missile a bien touché le F-4D, mais le Mig de Chieu arrivant juste derrière à avaler les débris du F-4.

Pendant ce temps, l'état major se plaint de l'impunité des avions de reco et de brouillage US, une nouvelle mission est donnée aux pilotes du 921st, la priorité doit être donnée sur ces avions ennemis agissant en toute impunité.

Image IPB
Boulling
Merci, c'est passionnant ! smile.gif
gillesdrone
CITATION(Boulling @ 18 Apr 2018, 16:34) *

Merci, c'est passionnant ! smile.gif

notworthy.gif w
C'est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'information, la mise en page et les images, veuillez cliquez ici.